Il nous reste encore à découvrir un des composants d’Ansible les plus utiles pour l’automatisation: les templates, .

Pour rester dans l’esprit de notre présentation où les nouvelles notions sont amenées une à une, nous allons le faire en 2 temps : d’abord les templates sans Ansible, puis les templates dans Ansible…

Définition

Un template ou Gabarit est un modèle qui permet de structurer un objet (pour nous un fichier texte) avec des éléments statiques et des éléments dynamiques non connus (variables).

Jinja2 est un langage d’écriture de templates intégré à python et développé pour des écrires des pages HTML ! Mais comme il est puissant et générique, nous allons l’utiliser pour décrire des configurations de routeurs…

Les variables

En Jinja2, les éléments placés entre une double accolade correspondant à des éléments dynamiques. Ils sont interprétés lors de la résolution du template.
Par exemple le petit template suivant :

Hello {{ name }}

rendra

Hello Aline

si name vaut Aline.

Un peu plus compliqué, Jinja2 consomme des variables structurées en les combinant par un point.

Si jedis[« obiwan »][« master »] vaut qui-gon (en prenant la syntaxe python), alors

Hello {{ jedis.obiwan.master }}

donnera :

Hello qui-gon

Remplacer le point . par des crochets [] permet d’interpréter ce qu’il y a à l’intérieur des crochets : Si jedi vaut obiwan, alors

Hello {{ jedis[jedi].master }} 

donnera :

Hello qui-gon

tandis que Hello {{ jedis.jedi.master }} renverra une erreur car jedis[‘jedi’] n’est pas défini.

Les filtres

La notion suivante de Jinja2 est le filtre. Une variable suivie du signe | est envoyée vers le filtre indiqué.

Le filtre peut préciser une sélection, une mise en forme ou un calcul. (Oui, le terme filtre est sans doute mal choisi, mais c’est le terme choisi par Jinja2 !).

Ainsi, si on souhaite saluer les padawans de Obiwan, on évitera d’utiliser

Hello {{ jedis.obiwan.padawans }}

qui donne :

Hello ['anakin', 'luke']

on écrira plutôt :

Hello {{ jedis.obiwan.padawans | join(', ') }}

pour avoir

Hello anakin, luke

Les filtres peuvent être étendus en écrivant des procédures python. Ansible nous offre le filtre ipaddr qui permet de faire des opérations sur les adresses IP.

Les structures de boucles

Jinja2 possède un mécanisme de test et un mécanisme de boucle. Ces instructions sont placés entre les signes {% et %}.

Par exemple, nous pouvons parcourir notre variable jedis avec l’instruction :

 {% for jedi in jedis %} 
 {% endfor %}

Si nous utilisons notre base de données jedis sous la forme hash de hash :

---
jedis:
    obiwan:
        location: tatooine
    yoda:
        location: dagobah

Et que nous voulons créer la table HTML suivante :

namelocation
obiwantatooine
yodadagobah

Nous pouvons utiliser le template Jinja2 :

<table>
   <tr><th>name</th><th>location</th></tr>
{% for jedi in jedis %}
   <tr><td>{{ jedi }}</td><td>{{ jedis[jedi].location }}</td></tr>
{% endfor %}
</table>

qui donne :

<table>
<tr><th>name</th><th>location</th></tr>

<tr><td>obiwan</td><td>tatooine</td></tr>

<tr><td>yoda</td><td>dagobah</td></tr>

</table>

Pas mal du tout, à part les lignes vides. Elles proviennent des lignes d’instructions {% %} qui sont terminées par un saut de ligne que Jinja2 nous retourne. Heureusement, utiliser un tiret après le pourcent permet de s’affranchir facilement de ce comportement :

<table>
       <tr><th>name</th><th>location</th></tr>
{%- for jedi in jedis %}
       <tr><td>{{ jedi }}</td><td>{{ jedis[jedi].location }}</td></tr>
{%- endfor %}
</table>

rend :

<table>
<tr><th>name</th><th>location</th></tr>
<tr><td>obiwan</td><td>tatooine</td></tr>
<tr><td>yoda</td><td>dagobah</td></tr>
</table>

Si nos données sont structurées sous forme de listes :

jedis:
   - name: obiwan
     location: tatooine
   - name: yoda
     location: dagobah

La variable jedi dans la boucle contient cette fois le hash composé des champs name et location. Aussi le template doit être modifié :

<table>
<tr><th>name</th><th>location</th></tr>
{%- for jedi in jedis %}
    <tr><td>{{ jedi.name }}</td><td>{{ jedi.location }}</td></tr>
{%- endfor %}
</table>

Pourquoi cette différence ?

En python, comme dans de nombreux langages interprétés, les données sont typées et les instructions s’adaptent aux types des données.

Dans le premier cas, la variable jedis est un hash composé des clefs obiwan et yoda et itérer sur le hash renvoie les clefs une à une. Dans le second cas, la variable jedis est une liste de hashs composés des clefs name et location. L’itération renvoie les hashs {name, location} un par un.

Dans le premier cas, l’instruction for peut également renvoyer le couple (clef, valeur) si le hash est décomposé par la méthode iteritems(). Le template peut alors s’écrire :

<table>
       <tr><th>name</th><th>location</th></tr>
{%- for jedi,jedi_data in jedis.iteritems() %}
       <tr><td>{{ jedi }}</td><td>{{ jedi_data.location }}</td></tr>
{%- endfor %}
</table>

ou encore pour les plus audacieux, en jouant sur les noms de clefs et les valeurs, on arrive à un template qui apprend les champs à travers la structure de données :

<table>
    <tr><th>{{ (["name"] + jedis[jedis | first].keys()) | join('</th><th>') }}</th></tr>
{%- for jedi,jedi_data in jedis.iteritems() %}
    <tr><td>{{ ([jedi] + jedi_data.values()) | join('</td><td>') }}</td></tr>
{%- endfor %}
</table>

En utilisant la structure de données en liste, le même template s’écrit de manière encore plus compacte :

<table>
    <tr><th>{{ (jedis | first).keys() | join('</th><th>') }}</th></tr>
{%- for jedi in jedis %}
    <tr><td>{{ jedi.values() | join('</td><td>') }}</td></tr>
{%- endfor %}
</table>

La structure de contrôle if

Jinja2 possède une structure de test {% if %} {% endif %} qui fonctionne avec les opérateurs mathématiques (=, >,..), ensemblistes (in) ou logiques (true, false).

Ce petit exemple nous montre l’utilisation d’un premier if pour créer les en-têtes de tableaux seulement si la structure jedis n’est pas vide, puis limite l’affichage aux jedis obiwan et luke.

{%- if jedis %}
<table>
   <tr><th>name</th><th>location</th></tr>
{%- for jedi in jedis %}
   {%- if jedi.name in ["obiwan", "luke"] %}
   <tr><td>{{ jedi.name }}</td><td>{{ jedi.location }}</td></tr>
       {%- endif %}
    {%- endfor %}
</table>
{% endif %}

Combiner filtres et instructions

Il est bien sûr possible d’utiliser les filtres à l’intérieur d’une instruction Jinja2. Ainsi, nous pouvons remplacer le test if ci-dessus par le filtre selectattr qui parcours le hash pour arriver au template :

<table>
   <tr><th>name</th><th>location</th></tr>
{%- for jedi in jedis | selectattr ("name", "in", "[obiwan, luke]") %}
   <tr><td>{{ jedi.name }}</td><td>{{ jedi.location }}</td></tr>
{%- endfor %}
</table>

Aller plus loin

Je m’arrête là, après avoir découvert différentes possibilités du langage. Jinja2 peut être simple et lisible, mais permet aussi de réaliser des tâches complexes, au détriment de la lisibilité.

La clef, c’est une structure de données mûrement réfléchie qui rend fluide son utilisation.

La documentation complète est disponible sur le site https://jinja.palletsprojects.com/.

Tester les templates

Certains sites permettant de tester ses templates en ligne, parmi eux http://jinja.quantprogramming.com/.

Si vous souhaitez installer un testeur de templates sur un serveur, les sources sont disponibles ici : https://github.com/qn7o/jinja2-live-parser et son dérivé écrit par votre serviteur permet de stocker les différents essais dans une petite base de données https://github.com/PJO2/jinja2-live

Author

Philippe est architecte réseau chez un opérateur depuis 20 ans. Il a le double rôle de concevoir des réseaux pour les clients, puis de les faire fonctionner. Bien que passionné par l'innovation, il reste un fervent supporter de la RFC 1925 et garde tout son sens critique par rapport au hype et aux promesses féeriques des constructeurs. Ancien développeur, il tente de garder la main en programmant des Arduino en C ou des utilitaires opensource en Ruby. On peut également le croiser en randonnée dans les collines ou dans un club de bridge.

Write A Comment